2002

Grand Vin du Château Margaux

2002
Le rendement des vignes de merlots a été fortement affecté, surtout dans les vieilles vignes, par les phénomènes de coulure et surtout de millerandage. On aurait pu penser qu’une production relativement faible leur permettrait de mûrir dans de meilleures conditions, mais le beau temps est arrivé trop tard pour les merlots dont la maturité était déjà jouée. Leur qualité a été globalement décevante.

Par contre, les cabernets et les petits verdots ont pleinement bénéficié de cet été indien qui caractérise tant de très bons, voire de grands millésimes à Bordeaux. Leur qualité était dans l’ensemble remarquable. Logiquement, notre assemblage final comporte très peu de merlots (peut-être est-ce même la proportion historiquement la plus faible). C’est donc un vin essentiellement de cabernet sauvignon, fin et pur, riche, serré et tendre. Peut-être lui manque-t-il une dimension de complexité et de profondeur pour être considéré comme un grand millésime? Un très beau mois de septembre peut certainement rattraper l’essentiel mais ne peut pas totalement remplacer la maturité acquise lors d’un glorieux mois d’août. Aujourd’hui, le Château Margaux a acquis davantage de finesse, sans rien perdre de sa structure tannique serrée qui augure d’un excellent vieillissement. (2011)

Margaux

Conditions Climatiques

Les conditions climatiques, assez défavorables au moment de la floraison, ont entraîné un millerandage très important dans les vieilles parcelles de merlots.

L'été a été frais et relativement humide, surtout le mois d'août. Mais à partir du mois de septembre, s'est heureusement installé jusqu'à la fin des vendanges un temps sec, chaud et ensoleillé. (Vendanges le 30 septembre)