2014

Pavillon Blanc du Château Margaux

2014
À un titre ou à un autre tous les derniers millésimes de Pavillon Blanc depuis 2011 ont été des très bons, voire des grands millésimes. À côté des efforts et des progrès techniques accomplis durant cette période, il faut reconnaître que les conditions climatiques ont été dans l'ensemble très favorables au cépage sauvignon.

2014 n'échappe pas à cette règle, liée sans aucun doute à la préservation d'un remarquable niveau d'acidité par la fraîcheur du mois d'août. En fait la succession d'un mois de septembre chaud à un mois d'août froid, ou vice versa en 2013, permet à la fois l'acquisition d'un très beau niveau de maturité et la conservation d'une acidité élevée. Ces deux caractéristiques sont absolument nécessaires à la réussite d'un grand vin blanc. 2014 a été également pour nous la première occasion d'essayer les installations de vinification de notre nouveau chai construit par Norman Foster. Cela fait des années que nous en avons affiné les moindres détails, et rêvé des possibilités offertes... le résultat est à la hauteur de nos espérances, car nous n'avions jamais pu auparavant aller aussi loin dans le détail et la précision de la sélection. Le Pavillon Blanc 2014 est donc un excellent millésime, mais il n'y en a jamais eu aussi peu...

Margaux

Conditions Climatiques

Après un hiver très doux et pluvieux, sans aucune période de froid notable, le printemps a été "normal": un mois de mai plutôt frais et de juin assez chaud, de telle sorte que la floraison s'est déroulée aux dates habituelles et dans des conditions très favorables; elle a donc été rapide et homogène, contrairement à l'année dernière.

Le mois de juillet n'a pas apporté de grande surprise; en revanche, le mois d'août a été particulièrement frais, sans doute l'un des plus froids que nous ayons connus récemment. Ces températures basses ont dû gêner le bon déroulement de la véraison, qui a beaucoup traîné en longueur. Heureusement il n'a pas beaucoup plu, mais à aucun moment, en juillet comme en août, une véritable sécheresse ne s'est installée. Comme il arrive si souvent à Bordeaux, tout restait possible à la fin du mois d’août, aussi bien la perspective d’un très bon millésime que celle d'une année médiocre... Le temps vraiment estival de septembre a apporté la réponse que nous espérions: la chaleur et la sécheresse ont permis aux raisins de parfaitement mûrir et aux vendanges de se dérouler dans des conditions optimales. Tout le contraire de ce qui s'était passé en 2013... Les vendanges de blanc se sont déroulées du 15 au 19 septembre, celles de rouge du 29 septembre au 10 octobre.