2011

Pavillon Blanc du Château Margaux

2011
En 2011, les vendanges de blanc ont été les plus précoces depuis celles de 1893. On aurait pu craindre qu'une maturation des raisins, au cœur de l'été, au moment où les journées sont les plus longues et souvent les plus chaudes, ait pour conséquence un vin déséquilibré, trop riche en alcool, faible en acidité et pauvre sur le plan aromatique. Grâce aux températures fraîches des mois de juillet et d'août, non seulement l'équilibre a été maintenu, mais il correspond même à celui d'un grand millésime! 2011 est un magnifique Pavillon Blanc, tout à fait dans la lignée, et au niveau du 2010. Ce résultat est bien sûr le fruit d'une sélection très rigoureuse: seul près d'un tiers de la récolte, pourtant faible, a été retenu pour l'assemblage final; c'est d'ailleurs la même proportion que l'année dernière. Les trois millésimes précédents - 2009, 2010 et 2011 - sont probablement les meilleurs que nous ayons jamais faits.

Margaux

Conditions Climatiques

L'année viticole a commencé sous un climat quasi estival avec les mois d'avril et de mai beaucoup plus chauds et secs que la normale. Le démarrage et la croissance de la vigne ont donc été très rapides, et la floraison particulièrement précoce. Par la suite, les mois de juin, de juillet et d’août ont été plutôt frais, mais pas assez humides, surtout à Margaux, pour vraiment modifier l'état de sécheresse du vignoble, caractéristique du millésime. Les 26 et 27 juin s'est produit un épisode caniculaire d'une ampleur jamais vue: de nombreuses grappes prêtes à vérer, compte tenu de la précocité du millésime, ont subi un échaudage entraînant des dégâts parfois importants, notamment dans les parcelles de cabernet sauvignon peu vigoureuses. L'état de stress hydrique du vignoble après trois mois de sécheresse a probablement amplifié ce phénomène dont les conséquences restent, en général, minimes. Les vendanges, qui ont commencé dès le 25 août pour les blancs, et le 5 septembre pour les rouges, ont bénéficié d'un temps en général chaud et sec, ce qui a permis d'effectuer sans hâte les différentes opérations de tri rendues nécessaires par les problèmes d'échaudage. Notre seule déception est la quantité: avec un rendement de 29hl/ha, le millésime 2011 est la plus petite récolte depuis vingt ans!