1855

Le Classement Officiel

L'Empereur Napoléon III rend un fier service aux grands vins rouges du Médoc en organisant à Paris, dès 1855, la Deuxième Exposition Universelle, l'occasion pour lui de glorifier les produits français, dont les vins prestigieux du Médoc.
En savoir plus
L'Empereur Napoléon III rend un fier service aux grands vins rouges du Médoc en organisant à Paris, dès 1855, la Deuxième Exposition Universelle, l'occasion pour lui de glorifier les produits français, dont les vins prestigieux du Médoc.

Il désire que ces vins soient présentés dans le cadre d'un classement. Une dégustation à l'aveugle est organisée à Paris dont l'aboutissement est ce fameux classement officiel de 1855 qui divise en cinq niveaux de qualité une soixantaine de crus du Médoc et une propriété des Graves.

Quatre crus sont classés « Premier Grand Cru Classé » ; Margaux est le seul à être noté vingt sur vingt. Ce classement, qui garde toute sa validité aujourd'hui, ne fait qu'entériner la hiérarchie qualitative illustrée par les grandes différences de prix pratiquées par le marché mondial depuis longtemps. Au XVIIIème siècle, les « premiers crus » sont déjà vendus deux fois plus chers que les « deuxièmes crus ». Le classement de 1855 succède d'ailleurs à d'autres tentatives de classification plus informelles comme celle de Thomas Jefferson au XVIIIème siècle. Sous le Second Empire, c'est peu de dire que Bordeaux connaît un véritable âge d'or, grâce à la construction d'une voie ferrée jusqu'à Paris, mais aussi grâce à l'essor du commerce facilité par les accords de libre-échange inspirés des idées libérales de l'Empereur. Il est certain que Napoléon III est pour beaucoup dans l'embellie de la viticulture bordelaise.